mardi 30 août 2011

Sacré Fridouille !

Oh, ça faisait longtemps que Frédéric Lefebvre ne m'avait pas fait rire. Il faut dire que, depuis qu'il avait été placardisé dans un secrétariat d'état, il devait essayer de travailler ses dossiers, ce qui laissait moins de temps pour dire des âneries, et ça le cantonnait plus ou moins à son domaine de compétence gouvernementale.

Or, là, pouf, au retour des vacances, il fallait qu'il se lâche pour montrer qu'il avait la pèche, et bam : "Pourquoi est-ce si difficile pour la France de faire baisser le chômage ? Il faut dire la réalité: parce qu'on a un taux de natalité beaucoup plus important que beaucoup d'autres pays."

Rien que ça. C'est parce qu'on fait des mômes qu'il y a des chômeurs. C'est vertigineux. La dernière fois que j'ai vérifé, quand on faisait des mômes, ça donnait du boulot aux accoucheurs, sages-femmes, puéricultrices, fabricants et revendeurs de layette, maîtresses d'école, moniteurs de colonies de vacances, pédiatres, diffuseurs de dessins animés et de happy meals et autres fabricants de jouets, gadgets et autres cahiers à grands et à petits carreaux.

Ça fait du monde. Ça représente de l'activité. Beaucoup d'activité.

Alors, de fait, les choses ont changé. Au nom du budget de l'état, on a mis au chômage ou à la retraite sans remplacement maîtresses d'écoles, animateurs de centres aérés, profs divers, surchargeant les classes, rendant les services d'urgences pédiatriques inefficaces, voire dangereux... Et justement, on se plaint du poids des retraites dans le budget de l'état, poids rendu insupportable par une démographie insuffisamment nataliste.

L'arithmétique pourtant très simple de la chose semble échapper à ce bon monsieur Lefebvre (comme quoi, il n'y a pas pas qu'en littérature du XVIIIe siècle qu'il est mauvais), ou alors il s'agit d'un calcul plus subtil que ça : les retraités, on le sait, coûtent cher à l'état, mais sont aussi les grands responsables de la défaite de Jospin en 2002 et de la victoire du Leader Minimo en 2007. Ils votent majoritairement à Droite, voire même très à Droite. Alors que les enfants ne votent pas, et qu'on a réussi à tellement désintéresser les jeunes de la politique que même en grandissant, ils ne votent pas non plus. Il est peut-être pas si con, en fait, le Frédo.

Mon message d'utilité générale est donc simple : Pour neutraliser un vieux qui vote à Droite, faites un môme. La France vous en remerciera.



Bon, par ailleurs, pour en revenir à des choses plus importantes que les vaticinations d'un porte-flingue maladroit*, et donc au sujet d'hier, à savoir la déslipation de Superman : non, mais sérieusement, regardez son logo, à Superman ! Il a la forme d'un slip ! Et il est frappé d'un S comme Slip ! C'est bien la preuve que le slip est consubstantiel de l'identité de Superman !


*Lefebvre a bien de la chance que Michel Rocard ait, pas plus tard qu'hier, rappelé que le droit de dire des conneries était un Droit Fondamental de la personne humaine. Mais...
Quel est le salopard de cancrelat communiste, de vermine lubrique de papier, d'étron sanguinolent qui a dit que moi aussi, du coup, j'avais bien de la chance ? Je vous déteste....

2 commentaires:

  1. Il suffit pas de faire des gosses. Il faut les éduquer et leur montrer le bon exemple en allant voter soi-même. Pour un bon candidat, de préférence.

    RépondreSupprimer
  2. C'est dingue comme les choses évoluent. Y a encore quelques mois, la France résistait mieux à la crise que d'autres pays parce qu'elle avait une des plus fortes natalités d'Europe.

    Ça doit pas être commode de planifier sa descendance en fonction des volte-face idéologiques du gouvernement (et assimilés).

    RépondreSupprimer