Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du janvier, 2011

Return of the Niko

-----System check

-----Loading

-----Error error error

-----Diagnosis

-----Running 100%

-----Loading appropriate maintenance program : Coffee, 1,5 liter

-----Glou

-----Glou

-----Glou

Aaaaaah.

Bon, me voilà rentré du festival d'Angoulème, qui s'est très bien passé. Petit passage en revue.

Jeudi :
Sauté ce soir dans un train pour Angoulème, lu du Dashiell Hammett et du Mikey Spillane pendant le voyage, par respect de la notion de pluralisme. Arrivé en début de soirée, récupéré à la gare et emmené au dîner par Phil, mon éditeur à La Cafetière.

Premier arrêt : le Billard. La salle est toujours fermée, comme l'année dernière. Je suis donc orphelin de cet endroit, qui était le QG idéal pendant la période de festival. Zut.

Puis après le repas, un saut à la soirée des éditions Même pas Mal. J'y croise Cromwell, ce qui nous permet de discuter du bouquin en cours, et Reed Man, d'Organic Comics. J'avais apporté un flask de gnôle distillée par ma tata, il s'en siffle un tiers en moin…

Laitsegau !

Bon, paquetage, paré.
-Caleçons : paré
-Chaussettes : paré
-Pâte à dents : paré
-Crayons : paré
-Bouquin pour la route : paré
-Tickets de train : paré

Hop, je file à Angoulème, où la foule en délire de mes fans pourra me trouver dès demain matin et jusqu'à dimanche au stand La Cafetière/Vertige Graphic pour se faire dédicacer mes beaux albums.

Banzai !



Dans l'intervalle, il est probable que je ne pourrai pas modérer les commentaires du blog. Postez tant que vous voulez, mais rien ne sera mis en ligne avant dimanche soir ou lundi matin.

Mise en danger

Ce midi, j'ai testé le kebab surgelé à faire soi-même.

"Pourquoi t'as fait ça ?", allez-vous me demander en me regardant sur un ton commisérant et écarquillé...

Je ne sais même pas. C'était soit par vice, soit par curiosité malsaine. Enfin bon, j'avais pris le truc dans le surgélateur de la supérette du coin, par curiosité, oui, on va dire ça. Et c'était au congélo depuis lors. Depuis un certain temps. C'est une chose, que de faire le kakou dans le rayon, à se dire "tiens, si j'essayais ça ?", c'en est une autre, devant ses fourneaux, de contempler le sachet lové sur celui des frites, et de se dire "tiens, aujourd'hui, j'ai envie de manger ça".

Bon, il y avait des années, j'avais bien testé la tartiflette en boite. Là, c'était une forme de kamikazisme, je le reconnais. Le kebab surgelé, c'était différent. Il y a là un côté sport de l'extrême, un côté vice de l'adrénaline. Une compulsion un peu ho…

Il y a bien longtemps, dans un univers parallèle lointain, très lointain...

L'histoire est connue : le but de la vie du petit George Lucas, c'était de faire en film soit Flash Gordon, soit le Seigneur des Anneaux. Mais le King Feature Syndicate ne l'avait pas pris au sérieux et réclamait trop de pognon pour Flash Gordon (ça leur a permis de couler De Laurentiis quelques années après). Quant aux héritiers Tolkien...

Mais justement... S'ils avaient dit oui au milieu des années 70 ?

Et si Gary Kurtz et George Lucas l'avaient fait, ce foutu Seigneur des Anneaux ? Oh, à l'époque, ils n'auraient pas eu les sous pour filmer toute la trilogie d'un coup. En plus, ils n'étaient même pas surs de faire un deuxième film, tant la Fox avait contingenté l'argent. Après avoir auditionné Kenny Baker pour faire Frodond Deetwo, puis avoir renoncé, Lucas dut mettre au point tout un tas de nouveaux effets spéciaux pour que le pourtant petit Mark Hammill, jouant Frodon, n'ait pas l'air trop grand à côté d'Aragorn (Harrison Ford) e…

Recadrons, recadrons, il en restera toujours quelque chose

On dit pis que pendre de notre gouvernement pour n'avoir pas su condamner à temps le régime tunisien. Bon, c'est vrai que quand les amis déconnent, on s'en aperçoit toujours trop tard.

Notons que, pendant ce temps-là, personne ne s'interroge sur le soutien unanime de notre classe politique envers le football, qui fait plus de morts par an dans le monde que Ben Ali, le Mediator et les hamburgers de Quick réunis.

Pire encore, cette classe politique continue à encenser la bagnole comme moteur de la croissance, qui fait assez de mort pour que tous les six ans, ça puisse exterminer la ville où j'habite.

C'est pourquoi je préconise une alternative à la bagnole, au football, à Ben Ali, au Quick et au Mediator réunis : la Bande Dessinée. C'est beaucoup plus sain, ça fait moins de dégâts, et ça a le mérite d'être plus rigolo. C'est pourquoi j'en apporterai la démonstration fracassante de vendredi à dimanche sur le stand La Cafetière - Vertige Graphic, Bulle…

Fly, fly, fly !

Hop, au passage, la couverture de Fly me to the moon, à paraître au printemps chez La Cafetière, sous les crayons du toujours excellent Marc Botta (avec lequel j'avais déjà créé La Dernière Cigarette, chez le même éditeur), et sur un scénario de vous devinez qui. Et si vous ne devinez pas, vous voyez la porte, là ? C'est pour vous. Hop.



Et au passage, n'hésitez pas à aller faire un tour . C'est un autre blog qui vous tiendra au courant de l'avancement d'un autre de mes projets en cours. Par Crom !

Puisque ça n'arrête pas de bosser, par ici...

Autant que je continue à vous montrer sur quoi :



C'est, vous vous en douterez, encore un extrait du prochain Crusades, toujours par mézigue, Izu et Zhang Xiaoyu.

(c'est vrai, quoi, je suis trop explosé pour disserter sur l'état du monde, pour vous gratifier de jeux de mots pourris ou même pour parler pour ne rien dire comme je sais si bien faire. alors un bon dessin vaut mieux qu'un long discours et puis ça fera la blague)

Ayé !!!!!

Ayé, j'ai tout envoyé, la version relue, l'icono, les légendes de l'icono, tout.

Ça devenait urgent, ils avaient commencé à maquetter, donc je ne pouvais plus finasser, là.

Pinaise, il m'en aura donné des suées, ce bouquin. Mais c'est dans le tuyau, c'est entre les mains d'un pouvoir supérieur à ma pauvre carcasse, c'est parti mon kiki, ça sort en avril si le temps se maintient et qu'on échappe aux révolutions, fins du monde, augmentations du prix du papier, grèves des postes et autres invasions de sauterelles. Ça s'appellera Mythe et Super-héros, ce sera chez les Moutons Electriques, ça intéressera sans doute quelques érudits du comics qui l'annoteront fébrilement pour y relever les conneries que j'aurais pu y laisser malgré la relecture et me montrer du doigt en riant.

Bon, plus qu'à me remettre à mes traductions et autres scénarios en retard.

Ce tas-là, à gauche du bureau, c'est celui des "urgent depuis longtemps". Epais…

Tiens, ça faisait longtemps...

Que je ne vous avais pas gratifiés d'un extrait de Crusades, la formidable série que je coécris avec Izu, magnifiquement mise en images par Zhang Xiaoyu. Voilà qui est réparé, avec une page du tome 3 !!!


Une citation

Due au petit Pierre D., du Limousin*.

"Chirac, voila un monsieur affublé d'un sourire à faire passer son hoquet au yéti."

Je me dis que la veille des adieux à la scène de Monsieur Jean-Marie L., de Saint Cloud, c'était de circonstance.





*à ne pas confondre avec l'encore plus petit Pierre D., d'Alsace, qui culminait à 1m63 et disait des trucs marrants aussi.

Message d'utilité générale

On vient de me faire passer un appel à manifester samedi, Place de la République à Paris, à 14 heures, contre les violences en Tunisie.

Je soutiens l'idée. Déjà, parce que les Tunisiens vivent sous un régime policier que même Poutine n'a pas réussi à mettre en place chez lui, et que ce régime s'avère visiblement incapable de les nourrir correctement, ce qui serait la moindre des choses, pourtant, vu que ce genre de dictatures prennent généralement l'efficacité à gérer les affaires comme prétexte à restreindre les libertés.

Ensuite, le silence gêné de notre gouvernement montre bien qu'il y a un couac quelque part. C'est vrai que la Tunisie est allée beaucoup plus loin que nous dans le contrôle des médias et de l'internet, et que nombre de nos gouvernants lorgnent sur cet exemple qui leur fait envie. Car eux aussi, ils se poutinisent à vive allure.

Et quand la Poutinisation, puis la Benalisation de notre Leader Minimo seront achevées, il visera la Kimjongilisati…

Le point traductions

Tiens, ça fait longtemps que j'ai pas fait le bilan des traductions signées de ma pomme qui se retrouvent sur les étals de vos libraires préférés, et même parfois des libraires que vous ne préférez pas, preuve s'il en est de mon sens du pluralisme.

Simon Dark, Tome 2 : Cendres, suite du précédent, avec cet étrange justicier rapiécé qui hante Gotham, dans l'ombre lointaine du Batman.

Swamp Thing, Tome 2 :, suite de la réédition des épisodes d'Alan Moore, avec le classique entre tous : Le Sacre du Printemps.

Epic Mickey - l'origine : La BD du jeu parce que oui, je fais aussi du Mickey, et que Mickey écrit par Peter David, c'est rigolo.

Spawn, Tome 9 : Confrontation, avec la confrontation finale contre Malebolgia.

Witchblade, Tome 5 : Sacrifice, avec le retour de Ian Nottingham. Qui se fait limite sortir aussi sec, ce qui est réjouissant.

La revue Chroniques de Spawn sortira un poil en retard pour cause de numéro 200 US sorti en retard aux US.

Les Star Wars Comics Colle…

Ben Sixtine vous suivra jusqu'aux services de l'état civil

Ça faisait longtemps qu'on n'avait pas parlé dans ces colonnes de notre cher Great Ratzinger Z, alias Ben Sixtine, alias Il Papa Ratzi.

Là, il vient de recommander aux parents de tous les pays de donner des noms chrétiens à leurs enfants, en évitant les noms à la mode, en privilégiant les martyrs. On espère donc qu'il n'y a pas eu de martyr du nom de Kevin, par exemple. Et puis il faut revenir aux racines chrétiennes de l'Europe et tout et tout, il parait.

Et notons que ce cher monsieur XVI a donné le bon exemple. Il a changé de prénom pour avoir un vrai nom estampillé chrétien : Benoit.

Parce que c'est vrai, de son vrai prénom, il s'appelait Joseph.

Il devait trouver ça trop Juif, sans doute.

Je vous demande de vous arrêter (air connu)

On nous l'a seriné sur tous les tons. Il faut s'arrêter de fumer. Fumer, c'est mal. Fumer tue. Fumer fait de vous un mauvais citoyen qui finance largement son pays mais qui démontre visiblement son manque de respect pour son corps. Méchant, le fumeur, méchant. Et maintenant que c'est bien rentré dans les têtes, les talibans du bienétrisme vont s'attaquer à la viande rouge, ça ne devrait plus tarder.

Du coup, les marchands du temple s'en donnent à cœur joie avec des substituts nicotiniques et autres aides à l'arrêt du tabac. Comme le Champix. Le Champix, quand il est sorti, c'était présenté comme le médicament magique. Et puis rapido, la promo a fait profil bas.

Et là, d'un coup, dans la foulée de l'affaire Mediator, on découvre que le Champix a provoqué des dépressions et, peut-être, des suicides. Consternation, indignation et début de panique. On joue les surpris.

Ce qui est marrant, c'est qu'à l'époque de la sortie, déjà, la documenta…

Même à Dakar ils n'en veulent plus

J'aurais pas allumé la radio ce matin en préparant le café, je n'aurais même pas su que le Paris Dakar sans Paris ni Dakar avait redémarré. Pourtant, c'est la saison, j'aurais dû m'en douter.

Ça a l'air bien, cette année. Plutôt que d'avoir des terroristes mauritaniens pour menacer les joueurs, ils comptent sur les embolies du mal des montagnes, si j'ai tout bien compris. C'est pas mal, ça change un peu. Dommage qu'en vrai, ce type d'embolie ne fasse pas exploser la tête comme les décompressions explosives des films de science-fiction, ça ajouterait du piment, du spectacle, un vague intérêt, quoi. Parce que bon, les bagnoles, même avec des autocollants Agip ou Gitanes dessus, ça reste des bagnoles, donc un truc assez limité en soi. Genre j'ai passé l'âge quand j'ai refilé mes Majorette à mes petits frères. C'était il y a bien, bien longtemps. La bagnole, c'est comme la Rolex, je pige pas trop l'intérêt. On me dit que ç…

à la tienne, Etienne !

Je travaille beaucoup trop. Comme souvent en ce moment. Et le fait d'avoir pris quelques jours de vacances a induit de légers retards en prime, ce qui fait que j'ai trop de boulot à la base, et des trucs à rattraper avec, plus les machins qui tombent à l'improviste. Du scénar, de la trad, un bouquin à inconographier, plus la famille, la maison et tout ce qui s'ensuit. Dans des moments comme ça, il m'arrive de lâcher le truc en cours et de mettre un peu d'ordre pour m'oxygéner la tête. Dix minutes à virer des paperasses, à ranger des bouquins, à réorganiser des tiroirs, ça permet de souffler un peu, et accessoirement de retrouver ce stylo qu'on cherchait depuis deux jours. Et puis des fois on fait des découvertes, dans des strates de bordel auxquelles ont n'avait pas accédé depuis, pfouuu, vous voyez le genre.

C'est comme ça que j'ai retrouvé une vieille compile de pop des eighties.

Normalement, c'est ici qu'on insère, d'une voix bl…

Et on remet deux thunes dans le bastringue

En cette période de Noël, on peut rappeler cette expression anglo-saxonne à propos du cadeau qui "keeps on giving". Eh bien Jacques Séguéla est un peu comme ça, lui aussi. Même quand on croit que les piles sont usées, il continue. Un vrai lapin Duracell. Tchikitchikitchikitchikitchiki ad lib. C'est assez fascinant.

On se rappelle sur sa tirade comme quoi "quand on n'a pas une Rolex à cinquante ans, c'est qu'on a raté sa vie". C'est marrant, on ne doit pas avoir la même notion du ratage ou de la réussite : moi-même, j'ai bientôt quarante ans, et je n'ai même pas de montre. Enfin si, mais elle est dans un tiroir, je ne m'en sers jamais. Et je l'avais eue en cadeau avec je ne sais plus quel abonnement (et à l'abonnement suivant, j'ai refilé la tocante correspondante à mon fiston, qui était content d'avoir une montre de grand). Pour moi, quelqu'un qui a besoin d'une montre, c'est quelqu'un qui court après l…

Tiens voilà du bouddha !

La grande nouvelle de la semaine, c'est qu'on a enfin la preuve expérimentale et empirique que les bouddhistes sont aussi cons que les autres. C'est vrai, quoi, entre les Catholiques intégristes, les Islamistes à voile ou à vapeur, les Shinto-révisionnistes, les Protestants évangéliques ricains en guerre contre le monde et autres Betar mouillés, on se disait que toutes les grandes religions avaient leurs cons, sauf le Bouddhisme. D'accord, dans le Bouddhisme, il y avait Richard Gere, mais on accordait le bénéfice du doute, c'était une pièce rapportée, un converti qui faisait ses pèlerinages en convertible ou en limousine, qui semblait gêner un poil les Bouddhistes eux-mêmes.

Et puis là, pouf. La nouvelle tombe sur le téléscripteur, et c'est ex-Ceylan. Pardon, ça vient du Sri-Lanka. Des groupes de responsables Bouddhistes militent contre le port de la mini-jupe et sont allé en délégation voir leur gouvernement pour en réclamer le bannissement de l'espace publ…

Welcome to the future

Ben oui, parce que 2011, jusqu'à hier, c'était encore le futur.

Mais bon, je sais ce que vous allez me dire : chaque jour, jusqu'à hier, était encore le futur. Ça n'a donc rien de tellement épatant. Mais merde, laissez-moi m'esbaudir de ce que je veux, d'abord, bande de grincheux.

Je note aussi que 2010, maintenant, c'est la passé. Alors que depuis tout minot, je voyais ça comme un chouette futur où Roy Scheider pouvait aller sur Jupiter avec un vaisseau soviétique portant le nom glorieux d'Alexei Leonov. Roy Scheider a même pas réussi à atteindre 2010, le crabe l'a bouffé en cours de route.

Pfff.

Même le futur, c'était mieux avant.

Voilà, vous êtes contents ? Vous m'avez bien pourri le moral pour la nouvelle année, avec vos remarques !




**s'en va bouder dans son coin en pleurant**