vendredi 15 octobre 2010

"La flemme de l'énergumène n'est qu'un dédale de simagrées" (Alain Bashung)

Avec tout ça, j'ai loupé la sortie de Crusades 2, le Tombeau d'Hermès. Pour ceux qui n'auraient pas tout suivi, c'est le deuxième opus de cette magistrale saga médiévalo conspirationniste que je co-écris avec Izu, et qui est artistement enluminée par Zhang Xiaoyu, parce qu'il n'y a pas que la fabrication des Iphone qui est confiée aux Chinois, et qu'en plus, Zhang assure le spectacle avec brio et puissance.

Ouais. J'ai loupé la date de la sortie. C'était avant-hier. Mais je m'en fous, le bouquin, je l'avais déjà. Bref, courez chez vos libraires. Si d'aventure vous allez le prendre au Gibert Joseph qui est en face de Cluny, sur le Boulevard St Michel, faites un détour par le sous-sol et allez montrer du doigt en riant le triste sire qui tient le rayon polar/SF. Le plus maigrichon des deux (ils sont deux) (et le moins maigrichon, je le connais moins, j'ai rien contre lui, il m'est même assez sympathique)(en plus, il doit travailler avec l'autre, alors karmiquement il est bien assez puni comme ça). Montrez donc du doigt en riant ce triste sire en lui brandissant l'album sous le nez. Ça lui apprendra. Il est persuadé que je suis incapable de sortir un tome 2. Faut d'ailleurs que j'aille lui claquer la bise, à l'occasion. Ou pas. Il pique.

Bref. Si je ne me suis pas livré il y a deux jours à une annonce tonitruante de la sortie de ce magnifique album, ce n'est pas que je sois en grève pour défendre ma retraite. Ce serait plutôt le contraire, d'ailleurs : j'ai l'appel de cotisation sur mon bureau, et il faut que je bosse comme un Sud-Coréen* sous amphétamines pour pouvoir la payer, ma retraite. Putain, ils y vont pas de main morte avec le dos de la cuiller, les mecs. C'est d'autant plus drôle que jamais personne n'a été foutu de m'expliquer comment un auteur de BD fait pour la toucher, sa retraite. Ça vous en bouche un coin, hein, les salariés. Battez-vous pour défendre la vôtre tant que vous le pouvez. Moi, je sais déjà qu'en ce qui me concerne, c'est mort.

Mais n'allez pas croire que je déprime, hein. J'ai trouvé une panacée incroyable, un remède à tous les malheurs de la vie, qui éclate et de loin tous les régimes Dukon du monde : la mascarpone au sirop d'érable. Le dessert des champions. J'en bouffe des quantités incroyables, en ce moment**. Je fais passer avec du café dans lequel je mets du coulis de caramel au rhum dont j'ai retrouvé une bouteille au fond d'un placard. Et Ovomaltine a sorti une pâte à tartiner. Vous le saviez ? Moi pas. Mais maintenant, je sais***.

Et sinon, vu que je m'étais revu la série Rome il n'y a pas bien longtemps (et cette fois-ci en entier et dans l'ordre, c'est mieux), je me suis remis le nez dans Suétone. Suétone, c'est un peu comme Closer, mais avec des empereurs romains, c'est absolument génial. C'est du sang et du sperme quasiment à toutes les pages, ça détend vachement.

Bon, c'est pas tout ça, mais faut que je me remette au boulot, moi. J'ai des retraites à payer.





*Un Sud-Coréen qui bosse, hein, pas un champion de Starcraft.

**Oui, c'est pas comme ça que j'arriverais à l'âge de la retraite, je sais, foutez-moi tranquille, d'abord. Ma mascarpone au sirop d'érable, je la bouffe en écoutant des best-of de Tangerine Dream à fond et je suis le roi du monde dans mon cagibi et je vous emmerde, d'abord.

***Et pour le même prix, ça me fait un excellent produit de substitution au Fluff. J'essaie de décrocher, de me désintoxiquer. They try to make me go to rehab, I said no, no, no****

****Non, rassurez-vous, je ne me laisse pas pousser la choucroute à la Amy.

9 commentaires:

artemus dada a dit…

[Si d'aventure vous allez le prendre au Gibert Joseph qui est en face de Cluny, sur le Boulevard St Michel, faites un détour par le sous-sol et allez montrer du doigt en riant le triste sire qui tient le rayon polar/SF.]

Je le fais à chaque fois que je passe par Paris, mais en cachette.

Sinon, si tout se passe bien je l'achète cette aprem'

Uriel a dit…

Accessoirement on est trois, Niko, et on a toujours été trois... Tu peux me décrire en tant que "le barbu chauve mince", ça évitera que des gens se moquent du troisième larron !

Et c'est pas très gentil de me dire des méchancetés, j'ai probablement été un des premiers lecteurs du jour de sortie ! Lu à midi pendant ma pause déjeuner ! ^^ Bon, j'en pense toujours que du mal parce que j'ai des principes, mais je l'ai à la maison en tout cas, donc passe le dédicacer un de ces quatre ^^

(Ah, et je savais déjà que le milieu de la BD était pourri depuis que t'avais sorti un tome deux à "ten goudous", t'avais pas besoin de me le confirmer avec ta Da Vinci Coderie...)

Nikolavitch a dit…

note à moi-même : l'appeau à Uriel fonctionne à la perfection.


**sourit dans sa barbe en caressant son chat angora imaginaire, et s'aperçoit avec horreur qu'il a fini le sirop d'érable**

Uriel a dit…

Heureusement, parce que les poils de chat dans le sirop d'érable... *yuk*

Nikolavitch a dit…

oui, mais imaginaires, les poils de chat

El a dit…

Des poils de chat à la Crowley, quoi...

Pour ce qui est de ne pas avoir clamé haut et fort la sortie de l'album le jour dit, eh bien... Il te sera beaucoup pardonné parce que tu as beaucoup souffert.

Je viens de lire la porte d'Hermès, donc, et à part un peu de fouillis dans les flashbacks (qui semblent un peu parachutés dans tous les sens, bien plus que pour le premier tome, histoire d'expliquer des trucs qu'il est bon de connaître pour la suite mais qu'on ne pouvait pas dire dans le premier album) c'est excellent et nawakmorphe...

Sinon, moi j'aimerais bien voir le Nikolavitch avec la choucroute d'Amy Winehouse.

Nikolavitch a dit…

non, j'ai retrouvé les poils du chat de Shrö Shreud... Schrudi... Machin, là.

mantichore a dit…

Mais enfin, sans entrer dans le sujet hautement dangereux du goût et de la composition des machins immondes que tu t'engloutis dans tes moments les plus délirants — du café, grands dieux! comment peut-on boire ce truc? — je me pose la question: qu'est-ce qu'il te prend de dire «la mascarpone»? J'ai toujours vu ce nom employé au masculin, c'est bien la première fois que je vois ça féminisé.

Peut-être le contrecoup de certains mélanges impies.

soyouz a dit…

C'est bizarre, je passe pas mal de temps dans divers cuisine et tout le monde dit LA mascarpone !