vendredi 3 septembre 2010

Hadopinard

Dans mon rêve de cette nuit, un pote m'avait filé un appareil génial : on le branchait sur l'ordinateur, et ensuite on téléchargeait la formule chimique de grands crus sur internet (c'était un bittorrent, si je me souviens bien), et la machine la recomposait à la volée dans un petit flacon. Il fallait rester très discret sur cette machine, parce que le lobby viticole se procurait les adresses IP d'internautes et débarquait en tracteur. Et en plus, le truc n'était pas encore au point, et ne marchait que pour les rosés (mais des hackers travaillaient d'arracher pied à craquer la formule du Mouton-Rothschild).

On faisait des expériences avec le bidule. Ça allait du pas mal au pas terrible.

Et puis le même pote a téléchargé les scènes coupées du western de Werner Herzog avec des nains, et le rêve est parti dans une autre direction.

5 commentaires:

Geoffrey a dit…

ça me rappelle cette pub bidon : http://www.dailymotion.com/video/x3jwe0_usb-wine-telechargez-vos-vins-en-di_fun

Mathieu Doublet a dit…

Désolé Niko mais je crois bien que Boulet a déjà dessiné exactement cette idée dans une de ces notes.

Nikolavitch a dit…

ah merde ! si même les rêves se mettent à copier à droite et à gauche, alors....




**va se resservir un coup de pinard, pour oublier**

El a dit…

Pas mal.

Moi, cette nuit, j'ai rêvé que j'étais le biographe de Schwarzenegger, et que je devais m'introduire dans ses souvenirs grâce à une machine superscientifique (genre placard avec des gros câbles partout et un casque relié à Arnold, en fait) pour pouvoir mieux appréhender le truc.
Et finalement, j'ai rêvé que c'était chiant... Des souvenirs très communs dans une famille normale, genre fessée déculottée et complexes débiles, que, rétrospectivement, Arnold avait super mal vécu, et qui l'avaient poussé à faire de la gonflette.
Et donc, dans mon rêve, pas de quoi faire un bon roman... Alors du coup, une fois sorti de la "machine à souvenirs", je devais trouver un moyen de rendre ça intéressant, alors j'inventais une histoire d'extraterrestres...
Et pour ce faire, je téléphonais à des extraterrestres pour leur demander si je ne pouvais pas, par hasard, avoir des infos sur eux, histoire d'ancrer un peu tout ça dans la réalité...

Bref, voilà. Un rêve, quoi.

Incidemment, le mot qu'on me demande d'écrire pour confirmer que je suis humain est "extatt"... Le programme plussoie, sans aucun doute.

tourriol a dit…

Ouah... magnifique. Il faut que j'arrive à ce niveau, si je veux devenir une vedette.