Accéder au contenu principal

Le Fils du Retour

J'étais allé traîner mes bottes dans une grande surface culturelle, une de celles dont le nom évoque une vieille chanson de Louise Veronica Ciccone, même pas pour y acheter des trucs, c'était sur le chemin d'une grande surface de bricolage où j'avais des trucs à récupérer d'urgence pour plier des travaux chez moi. Bref.

Une jeune libraire était en train de ranger des trucs dans un rayon et de mettre un peu d'ordre (je sais pas si vous avez remarqué, mais en librairie, la plupart des clients semblent physiquement incapables de remettre un bouquin à l'endroit où ils l'ont pris pour le feuilleter, ce qui fait que n'importe quel rayon tourne au boxon en quelques heures dès lors que des gens passent devant, c'est ce ce qu'on appelle le Second Principe de la Littérodynamique). J'en étais à remarquer que les éditions Bragelonne sortent du Robert E. Howard en mode rafale et qu'il va falloir que je rattrape mon retard en la matière. Le Bran Mak Morn me fait de l'œil, on ne se refait pas. Pour une fois que j'ai envie d'acheter des bouquins de chez Bragelonne, c'est digne d'être noté (et si vous n'avez pas encore leur intégrale des Conan du même Howard en trois épais volumes illustrés, je ne vous parle juste plus).

Arriva soudain un responsable librairie furibard. De son discours outré sur le ton du "qui m'a fait un coup pareil ?", il ressortait que quelqu'un avait pris une grosse pile de bouquins de Marc Lévy, l'avait mise dans un carton, et retournée à l'envoyeur. Le type avait limite la bave aux lèvres et voulait savoir qui avait fait ça et faisait la tournée des libraires pour mener son enquête inquisitoriale.

J'ai été lâche. Je n'ai pas lâché à haute voix "c'était un employé qui avait du goût, au moins". Mais je l'ai pensé très fort. La pauvre fille n'y était pour rien (ou tout du moins l'a prétendu), et le responsable haineux a poursuivi sa quête du coupable.

Peut-être n'était-ce qu'un stagiaire à qui on avait dit "tu retournes les bouquins de plus trois mois" et qui ayant vu cette pile a décidé de faire son travail comme on lui avait demandé, ne sachant pas que Marc Lévy est le gros pondeur de best sellers bien de chez nous que même le Président en lit, et qu'un libraire qui n'aurait pas des piles monstrueuses de Marc Levy commettrait l'équivalent commercial d'un seppuku effectué à la cuiller à pamplemousse.

Mais je préfère avoir l'image d'un petit terroriste culturel, qui a enfourné sciemment ces bouquins dans le carton, en disant "ces merdes ont plus de trois mois et prennent la place de livres intéressants dont la syntaxe dépasse la simple triade sujet-verbe-complément enrubannés de guimauve. Retournons-les, et avec ce que nous remboursera le diffuseur, on pourra commander des petits trucs sympas chez de petits éditeurs qui aiment le beau style ou les bonnes histoires ou les trucs qui secouent un peu le cocotier".

J'ignore si tu existes, terroriste culturel. Peut-être n'es-tu qu'une fiction née de mon imaginaire enfievré. Mais je suis de tout coeur avec toi, juste au cas où. Parce que ça me redonne un peu d'espoir en l'humanité. C'est mon pari pascalien à moi.

Commentaires

Uriel a dit…
Faut que je te présente mes collègues de la littérature générale, tu devrais les adorer ^^
Ils sont terroristes juste comme il faut ^^
Alex Nikolavitch a dit…
figure-toi que j'ai immédiatement pensé à toi, sur le coup.
El a dit…
Ah lala ! J'en ai presque la larme à l'oeil...

Sinon, oui, il y a Kull l'Atlante qui vient de ressortir aussi. C'est bien, tous ces inédits, je les avais même jamais lus. Alors du coup, j'ai ajouté tout ça à ma pile de trucs "à lire"...

Qui s'agrandit. Démesurément.

Parce qu'en plus il y a aussi les Zelazny que je veux relire, et puis les récits de voyages de Michael Palin, et puis l'Edda de Snorri Sturluson, et puis un ou deux Richard Morgan que j'avais pas lu dans un coin, et puis quatre monographies vachement sympa de chez Imago, et puis le Guide de l'Incendiaire des Maisons d'Ecrivains en Nouvelle Angleterre... Et puis plein, quoi !

J'aimerais bien que le temps s'arrête un coup pour que je puisse rattraper tout ça.

Enfin, bon, comme tout le monde, je suppose.
Alex Nikolavitch a dit…
Inédits, n'exagérons rien, Néo avait bien écrémé la production howardienne.

Mais ma pile des à lire est assez cyclopéenne aussi.

(tiens, l'Edda, faut que j'en rechope un exemplaire, j'ai eu le malheur de prêter le mien il y a bien des lunes, et je ne l'ai jamais revu)
Anonyme a dit…
Ouais, NéO avait écrémé, mais pour le coup, on a droit aux versions sans enturlutages de divers marmitons persuadés de mieux écrire que Howard. Et puis, bon, les NéO, pour en trouver, ces jours-ci, c'est pas forcément idéal... (Et c'est dommage, parce que je me serais bien fait une intégrale du fantastique de Jean Ray sous leurs couleurs, plutôt que les volumes dépareillés, entre Marabout, Le Masque et autres éditeurs, que je possède.
Alex Nikolavitch a dit…
Leur intégrale Conan Doyle était très belle, aussi, avec plein de textes méconnus, mais je n'en ai touché que deux volumes à ce jour.
Uriel a dit…
*cough*Onenachezgibert*cough*
Alex Nikolavitch a dit…
salaud !!!!!


maintenant il va falloir que j'aille faire un tour pour aller y voir de plus près !
Uriel a dit…
Je vérifierai quand même bien qu'on les a toujours en stock, et je te communiquerai les prix qui sont pas piqués des hannetons, mais on a toujours quelques NeO qui passent régulièrement (et même des ClA pour les vrais collectionneurs ! ^^). Tiens, rien qu'aujourd'hui j'ai rentré 3 ou 4 Robert Bloch.

Posts les plus consultés de ce blog

Welcome to the future !!!

Ah, mince, déjà 2020 ?

Vingt ans que je traine mes bottes dans un monde aux dates qui me semblent de la science-fiction. Bien évidemment, à la place, on n'a que de la dystopie et du post-apo, saupoudrés d'un peu de cyberpunk. Zuckerberg et Bezos semblent sortis d'un bouquin de William Gibson ou de John Brunner, Trump d'un vieux comic book, et Macron m'évoque les présidents en plastoc du Simulacres de Philip K. Dick (mais pas celui de L'Oiseau d'Amérique, de Walter Tevis, parce que là, le Président robotique a une conscience).

Toujours pas de voitures volantes, bien sûr, mais c'est pas plus mal, vu que les automobilistes savent toujours pas conduire en 2D, ajouter la verticale dans leur terrain de jeu serait sérieusement chercher la merde. J'ose même pas imaginer les sorties de boite le samedi soir, avec des engins à la Blade Runner.

Par contre, les images d'Australie semblent parfois tirées de Blade Runner 2049. Ça, ça craint vraiment. Betelgeus…

Uchronies Express

Je me retrouve à filer des idées à un cinéaste amateur qui bricole une uchronie dans son coin. C'est hyper amusant à faire et son truc va être super rigolo. Ce que j'en ai vu m'épate et m'éclate.

Il y a fatalement des idées non retenues, mais dont il serait dommage, je crois, qu'elles restent sous le boisseau. En voilà une, par exemple :

"En Allemagne, un politicien écrit du fond de sa prison un ouvrage expliquant l'importance de la surveillance émotionnelle de masse : Mein Voight-Kampff. Ses théories sont mises en œuvre 70 ans plus tard par le jeune Mark Zuckerberg."

Oh oui, corrige-moi, grand fou…

Bon, je suis sur les corrections des Canaux du Mitan, qui comme vous le savez sans doute (et sinon, faut suivre, un peu) sort en avril chez les Moutons électriques.

Alors, la phase de corrections, sur un roman, c'est un moment très curieux. Que j'appréhende, en général. C'est chose connue que le premier jet d'un bouquin est rarement publiable en l'état, et ça vaut pour moi comme pour à peu près tous les collègues que je connais. Sur Peter et les Coracles, fort de l'expérience accumulée lors de la phase chaotique des relectures d'Eschatôn, je me suis bien gardé d'envoyer le premier jet à l'éditeur, d'ailleurs. Je retravaillais pas mal le manuscrit, en plusieurs phases, avant de le montrer. Relecture, bricolages divers, repérage de choses arrivant à tel ou tel endroit du bouquin, mais qu'il s'agit de préparer un peu dans les pages et les chapitres précédents, etc. Ce que l'éditeur reçoit, en général, c'est au moins une version 1.5…

Spécial origines

Bon, un petit point sur Les Canaux du Mitan, que j'ai envoyé à l'éditeur hier (puis renvoyé ce soir, parce que qui est le boulet qui a oublié d'attacher la pièce jointe ?). Bref. Et j'ai retrouvé pour vous l'origine de ce bouquin, un rêve que j'ai fait en 2006. L'image de ce truc m'est restée, et je l'ai réutilisé dans ma nouvelle Caprae Ovum, chez Mnemos, et ça sert de base au roman que vous pourrez lire en avril. Bon, entretemps, il a fallu que je construise le monde qui allait autour…

illustration : M. Acaride
--
C'est triste. On ne fait plus de bateaux-carnavals. J'ai rêvé, cette nuit, que dans un port délabré, je trouvais un vieux bateau-carnaval, à quai depuis des années. Les clowns marins qui avaient navigué sur ce bateau avaient dressé une table sur le pont, entre les attractions et les affiches délavées. Ils commémoraient la fin de leur carrière. La fin de la fête. J'étais là par hasard, je fus invité. Quelques heures durant, le …

De saison

Aujourd'hui, je ne mettrai pas plus à jour ce bloc que dernièrement, mais là c'est parce que je soutiens la grève.


Demain sur France Culture

Demain matin (le 20 novembre donc) de 9 à 10, je participerai à l'émission Le Cours de l'Histoire sur France Culture pour y parler d'apocalypses cinématographiques (et éventuellement de post-apocalypses pour ne pas s'arrêter en si bon chemin).

J'y développerai des petites choses que mes lecteurs auront déjà vues dans Apocalypses ! une brève histoire de la fin des temps, le bouquin que j'avais sorti il y a déjà sept ans pour une précédente fin du monde (celle de 2012).


Words, words, words

C'est fou, quand même, comment les mots "militant" et "politique" sont désormais utilisés par le pouvoir pour déconsidérer son opposition. C'est intéressant parce que révélateur : les militants du parti au pouvoir sont tout autant politiques, surtout, par exemple, quand ils "assument de mentir" pour protéger le président ou qualifient de "militantes" des images embarrassantes. Pour eux ces termes relèvent directement de l'injure disqualifiante.
On pourrait croire à une forme d'aveuglement.
Pour ma part, je crois qu'il n'en est rien. Militant et politique sont des termes qui ont un sens précis. Ils renvoient aux options possibles pour le gouvernement de la cité. Par essence, par construction, une position politique admet une position politique opposée, tout aussi légitime dans sa forme et son expression. L'existence d'un quelconque parti politique suppose l'existence d'autres partis avec lesquels se dispute…

En Avril, ne perdez pas le fil !

Bon, ben voilà, c'est officiel, je peux vous montrer la couverture des Canaux du Mitan, mon prochain roman qui sort en avril, chez les Moutons électriques. Elle est signée, comme de juste, par l'indispensable Melchior Ascaride qui est décidément trop fort. Ça me fait le coup à chaque fois, je suis tout frétillant en la découvrant.

Le résumé :
Une enfance parmi les" freaks" dans les canaux d'un monde différent. Un roman initiatique entre steampunk et Steinbeck.
Le Mitan, vaste plaine couturée de canaux, creusés en des temps immémoriaux, et que les colons parcourent désormais sur de lentes péniches tirée par des chevaux. C'est sur l'une d'entre elles qu'embarque le jeune Gabriel, attiré par son côté exotique : peuplée de phénomènes de foire, elle lui permet d'échapper à un quotidien morose.
Mais à quoi bon un "normal" parmi les nains et autres contorsionnistes ? Quels sont les esprits qui hantent les anciens tertres, tout au bout…