samedi 10 avril 2010

La rumeur, c'était mieux avant

Wow, c'est devenu une affaire d'état, tout ça. La rumeur, insidieuse, qui prétend plein de trucs au point que des voix autorisées hurlent au complot, et que les démentis et démentis de démentis se croisent. (je m'interroge sur l'usage de l'expression "la peur doit changer de camp", par contre. Est-ce à dire que le Président aurait peur ? Un grand garçon comme lui qui ne risque pas d'être reconduit à la frontière par les sbires de BeSSon, ni d'être tabassé en garde à vue ? Rhooo, je n'ose y croire).

Mais reprenons. Tout part d'une histoire de coucheries présumées au plus haut niveau de l'état.

Rien de nouveau sous le soleil, on a eu des histoires du genre sous Chirac, sous Mitterrand, sous Giscard et même sous Pompidou.

Et force est de constater qu'à l'époque, ça avait plus de gueule. Tiens, prenons au hasard le président Pompidou (celui dont Marilyn Monroe chantait fort justement pom-pom-pidou). Quand il y a eu des rumeurs de coucheries chez lui, ça a donné l'affaire Markovic. Des Yougoslaves, des Corses (tous dans le même S.A.C.), des morts, des photos compromettantes que personne n'a vues (sauf peut-être les Yougos et les Corses, ils sont toujours dans les bons coups) et même Alain Delon ! Alain Delon, quoi, c'est pas la classe ultime ?

Alors que de nos jours, on a, ou pas, les services secrets (ils doivent être contents, les barbouzes, d'avoir à sortir les poubelles comme ça) et Benjamin Biolay. Plus Rachida Dati qui tente un come-back de l'extrême.

Mais franchement, Benjamin Biolay. Vous avez déjà essayé d'écouter un morceau de ce gars ? Encore un représentant de ces chanteurs à textes sans texte de maintenant que je confonds tous entre eux, mais qui sont la preuve que le téléchargement illégal ne tuera pas l'industrie du disque : j'aime trop ma bande passante et mon espace disque pour les gaspiller avec ces trucs insipides et faussement intelligents. Vraiment, ça le fait pas, pour une affaire d'état, ça fait petit budget façon AB Productions. Il faut qu'Alain Delon revienne. D'autant que le petit Benjamin manque de classe : il attaque la rumeur en justice. Alors qu'il pourrait être impérial, rester sur sa réserve marmoréenne dans les dîners en ville, quand les gens le regarderont en pensant "alors, il se la tamponne ou pas, la présidente ?" et distribuer des sourires entendus.

Au moins, ça aurait été, je sais pas, moi, Renan Luce, ça aurait eu le mérite d'être rigolo. Mais même pas. Non, il faut qu'Alain Delon revienne, qu'il se tape n'importe qui à l'Elysée, mais qu'il redresse la barre, si je puis dire.

Merde, quoi, c'est qu'il arriverait à nous faire regretter Pompidou, le petit Nicolas. C'est franchement pas sérieux. Même Chirac, avec les comptes secrets et les maîtresses au Japon, fournissait du meilleur feuilleton.

3 commentaires:

artemus dada a dit…

"Parle à mon cul ma tête est dans le sable".

En lisant ce billet je me réjouis d'avoir laissé tomber la lecture des journaux, l'écoute de la radio et le spectacle de la TV.

Avoir la tête dans le sable ne change pas l'état du monde, c'est certain mais ça préserve de toutes ces conneries.

El a dit…

Pas mieux qu'Artemus...
Il y a des choses bien plus importantes que ce genre de diversions médiatiques honteuses. Il suffit de chercher ce que ça occulte...
Faudrait voir à ne pas, non plus, adopter un autre gros défaut des Américains après l'obésité, celui de se préoccuper des maîtresses et amants des gens de la classe politique, au point que ça conditionne leur popularité...
Oups, c'est déjà fait avec Carla.
Et merde...

mantichore a dit…

En fait, la presse n'est pas vraiment à blâmer pour cette histoire: la rumeur courait et avait été reprise par les presses d'autres pays, mais la française n'en causait pas, comme il est normal, quand l'entourage de Sarko a lancé une offensive tous azimuts pour indiquer qu'on cherchait à déstabiliser not' Président et à provoquer la ruine financière du pays par contrecoup.

Ensuite, grâce à un ballet de déclarations brillamment contradictoires, l'affaire est devenue inquiétante, parce qu'on pouvait se demander si le président n'avait vraiment pas d'autres soucis plus importants que des rumeurs à dix centimes alors que le pays est en pleine crise et pour savoir pourquoi sa femme dit qu'il n'y a pas d'enquête alors que son chargé de com' tonitrue que les services secrets sont sur le coup, et que c'est Rachida Dati la suspecte n°1.

Bref, tout le monde se fout de savoir si le couple Sarkozy couche ou pas avec des hordes de gens, de sex-toys ou d'animaux, mais c'est la com' totalement désastreuse de Sarko qui a réussi à faire de l'agitation autour d'un sujet dont tout le monde se tape.

Décidément, Sarko a bien perdu la main: tout ce qu'il fait lui revient dans la gueule. Mais pour une fois, la presse française a plutôt bien géré le coup...