vendredi 16 avril 2010

Barracks on Mars

On le sait, depuis quelques années, la politique, c'est du storytelling.

Bon, en tant que professionnel de la bande-dessinée, je connaissais le terme et je l'employais, mais il ne voulait pas dire tout à fait la même chose pour moi que pour les encravatés qui nous gouvernent.

Et puis, il faut bien le dire, les psychodrames et des effets de manche, ça va deux minutes. Les histoires que nous racontent les politiques, soit elles sont tellement bidons qu'elles n'en sont même plus drôles (les mecs qui vont chercher la croissance au risque de leurs molaires, etc.), soit elles tournent court (les coups de gueule annonciateurs d'une ascension foudroyante qui ne sont que le prélude de la placardisation des courageux). Beaucoup de buzzwords dans tout ça, de toute façon. Et le concret, derrière, fleure le sordide.

Mais bon, voilà que le Président des Américains vient d'appuyer sur les bons boutons et de me faire rêver à nouveau.

Mars 2035.

Dit comme ça, c'est déjà un super titre.

L'enfoiré, il me donne même envie d'y croire. Il dit qu'avec un peu de chance, il le verra de son vivant.

Et moi aussi, j'espère. En 2035, j'arriverai à l'age de cette retraite que je ne toucherai jamais.

Et si les déclarations sont suivies d'effets, je sais que j'ouvrirai grand les mirettes. Ça, c'est du vrai storytelling. De la vraie belle histoire. Et le plus navrant, c'est qu'avec ses Rolex et les yachts de ses copains dont il croyait qu'ils feraient rêver, le nabot élysée ne pourra jamais s'aligner sur un rêve de ce calibre. Le voilà nanifié comme jamais. Et le pire, c'est que crois qu'il ne s'en rend pas compte.

Mars 2035.

Stay tuned, folks.

L'enfoiré.

"I had a dream".

"I want to believe."

8 commentaires:

  1. Oui mais .... qu'est-ce qui va se passer en mars 2035 !?

    RépondreSupprimer
  2. oui, c'est sûr que quand c'est Barrack qui le dit, il y a moins de confusion possible.

    RépondreSupprimer
  3. Moui,mais j'ai quand même du mal à imaginer une odyssée martienne sans passer par la case Lune. Et Barack ne veut pas y retourner parce que, genre "ca a déjà été fait". Alors certes, il y a augmentattion de budget, mais ca ressemble diablement à un bottage en touche. En 35, Obama sera toujours peut-être vivant pour voir ca, mais il ne sera surtout plus président depuis belle lurette pour pouvoir se dédouaner si ca ne se fait pas.

    RépondreSupprimer
  4. La case Lune n'est pas indispensable si l'ISS poursuit son développement.

    RépondreSupprimer
  5. Certes, mais c'est s'handicaper pour rien. La Lune est plus proche de Mars et c'est surtout se priver d'un entrainement bien utile.

    RépondreSupprimer
  6. plus proche, tout dépend des alignements. Et elle a un champ gravitationnel, contrairement à l'ISS. Elle n'aurait eu d'intérêt que comme dépôt de carburant s'il y avait eu assez d'eau dans la croûte.

    Ce qui me rend plus curieux, c'est l'annonce d'Obama de marcher un jour sur un astéroïde (et là, par contre, comme relais, c'est peut-être pertinent)

    RépondreSupprimer
  7. Je... J'ai eu la même réaction qu'Artemus, mais au premier degré. J'explique : je me doutais bien qu'Alex parlait de conquête spatiale, parce que franchement, rien d'autre ne le fait rêver au point d'être aussi elliptique et lourd de sous-entendus. Mais en même temps, au moment de faire ma recherche sur google pour en savoir plus, j'ai failli taper "March 2035".

    RépondreSupprimer
  8. En même temps il m'a semblé entendre que ce serait des vols non habités qui iraient là-bas, mais comme j'ai suivi ça d'une oreille distraite j'ai peut-être mal compris. Moi je suis un désenchanté, je fais partie de la génération qui croyait que dans les années 2000 les voitures voleraient (je disgresse, mais j'ai vu Retour Vers Le Futur pendant les vacances, et en 2015 les voitures volent et consomment des déchets ménagers, c'est dans 5 ans, va falloir se grouiller un peu là) et qu'on habiterait sur la lune. Tu es un doux rêveur Alex…

    Au fait, je suis de 76. Donc un jeune con pour mal d'entre vous !!!

    RépondreSupprimer