jeudi 4 mars 2010

à trois millimètres près

Alors voilà, profitant d'un passage chez Casto pour prendre du matos électrique dont j'avais besoin pour mes travaux, j'ai pris au passage une petite étagère à bouquins qui coutait trois fois rien et dont les dimensions tombaient pile-poil pour un angle mort de mon bureau.

En rentrant, je voyais déjà comment j'allais ranger la pile de trade-paperbacks menaçant de s'écrouler derrière ma chaise de travail. Il y avait de quoi mettre au moins ça, plus une pile de gros romans et quelques poches. Nickel. Exactement ce qu'il me fallait (et en complétant les TPBs avec quelques autres pris dans une autre étagère, je faisais la place pour mettre des bouquins que j'ai traduits et dont j'avais récemment récupéré des exemplaires sans savoir exactement où les ranger).

Sauf qu'une fois l'étagère en place, consternation : il s'en faut de 3 millimètres pour pouvoir glisser un TPB dedans. Tous ces jolis albums souples au format américain, là, que je me faisais un plaisir de mettre dans cette étagère toute neuve. Adieu veaux, vaches, cochons et TPBs.

Je suis en train d'à-moitié reclasser ma bibliothèque, du coup. Une rangée de gros bouquins sur l'archéologie, une autre sur les barbouzeries, une de fumisteries diverses à base de templiers et autres calendriers mayas (le genre de machins qui servent bien pour Crusades, ça, faut que je les garde à portée de la main).

Et toujours cette pile instable de TPBs.

Ce sera pour une prochaine fois.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire