mercredi 31 mars 2010

Mise au point

Bon, j'avais annoncé ma présence à la FNAC des Halles le samedi 10 avril.

Un magazine BD l'avait annoncée le samedi 3 avril.

En fait, il y a eu des changements. Que je n'ai pas pu répercuter sur mes autres obligations. D'où quiproquos, portent qui claquent et hilarité générale, suivant l'immortelle expression de Monsieur Patrick M., un estimable confrère bordelais.

De fait, je ne serai là ni le 3, ni le 10.

Voilà...

dimanche 28 mars 2010

Hellboy en mieux

Bon, imaginons que Baal (ou Bel, dans la tradition), fasse un enfant dans le dos à Billy Batson, alias Captain Marvel (version Shazam), comme ça, pour voir.

Ça donnera un bébé demi démon, on est bien d'accord, genre Hellboy. Sauf qu'il est le fils de Bel et du gros fromage rouge.

Bon.

Et donc, on l'appellera Baby-Bel.

En hommage à ses parents.

samedi 27 mars 2010

Retard à l'allumage

En fait, le 25 mars était censé être la journée mondiale de la procrastination.

Mais j'ai pas eu le temps. J'ai remis ça au lendemain.

vendredi 26 mars 2010

Bon, le message ne passe pas

Non, je ne parlais pas du président, son autisme politique est devenu légendaire.

Non, je parlais de Fèces-Bouc. J'ai encore reçu un mail m'invitant à m'inscrire pour découvrir je ne sais quelle question posée par un "ami".

Le bouton "indésirable" a donc encore été rentabilisé.

Et j'ai réparé mon téléphone. Pendant deux jours, j'avais internet, mais pas le téléphone fixe sur la ligne Orange-Odésespoir. Plus de tonalité, et quand les gens appelaient, ça sonnait occupé. J'ai désossé toute l'installation sans piger. Et j'ai essayé d'appeler l'opérateur. Et là, c'est très drôle, parce que le site indique un numéro d'assistance. Que je dois donc appeler de mon portable, n'ayant plus de ligne fixe. Ce numéro, après plusieurs choix à la con genre "taper un, taper deux", etc, m'indique qu'en fait que non, pour ce type de problème, je dois appeler un autre numéro. Qu'on me donne par boite vocale. Les mecs sont opérateurs téléphoniques historiques, mais rerouter l'appel vers le bon numéro en automatique, visiblement, c'est au-delà de leur compétence. C'est intéressant. J'appelle donc l'autre numéro, indiqué spécial pour réparer les lignes fixes... Mais comme je n'appelle pas d'un fixe (eh oui, il faut réparer le fixe, justement, c'est pour ça que j'appelle), on me dit "ah non, vous ne pouvez pas appelez avec ce téléphone que vous utilisez là, appelez plutôt avec un fixe". Tout l'ensemble a failli passer par la fenêtre.

Et puis j'ai redémonté l'installation, branché mon téléphone en direct sur la prise (eh oui, avec l'ADSL, on a besoin d'un filtre entre la prise et le téléphone). Et là, pouf, ça remarchait.

J'ai remis le filtre. Pouf, ça marchait plus.

J'ai été chercher un autre filtre qui trainait dans une boite de connectique en vrac, entre alimentations, cables usb divers et autres rallonges réseau, dans un coin de mon bureau.

Pouf, ça remarchait.

Le téléphone, c'est quand même un moyen particulièrement con de perdre son temps.

mercredi 24 mars 2010

Dernière minute

Là, c'est du lourd. Dans sa gestion de l'affaire de la Grippe A (alias Grippe du Cochon Mexicain, on l'oublie trop souvent), madame la ministre a indiqué avoir appliqué un "principe de réalité".

Vu l'étendue du décalage entre les avertissement, les déclarations d'intention, les moyens engagés... Et la réalité de l'épidémie elle-même, il faudra qu'on m'explique ce qu'est ce principe de réalité. Gageons que c'est croquignolet.

Ah, et hier, pendant la grève, il faudra qu'on m'explique ce que signifie pour la SNCF et la RATP le mot "quasi" dans des expressions comme "trafic quasi normal". Parce que là aussi, j'ai l'impression que ça ne correspondra pas aux définitions couramment admises pour ce terme.

Dans l'espace, personne ne vous entendra blogger

Hop, sans raison particulière, une photo d'Alexei Leonov.

lundi 22 mars 2010

Zéros sociaux

Ça fait déjà quelques temps que je reçois au moins une fois par semaine un mail m'avertissant que telle ou telle personne de mon entourage veut m'inviter sur un service internet que, par commodité et pour ne pas le nommer, j'appellerai Fesse-de-Bouc. Bien entendu, pour ne serait-ce que voir le profil de la personne invitante, il faut se connecter au site, et pour ça, créer un compte. Donc impossible de savoir à quoi on s'inscrit exactement sans s'inscrire. C'est quand même redoutablement vicieux, comme système.

Alors d'accord, vous allez me dire que, gagna, Fesse-de-Bouc, c'est gratuit, blabla, que ça n'engage à rien, tralala, etc...) Mais avant de mettre mon nom et mes coordonnées dans un truc (et rappelons que, de nos jours, un nom et des coordonnées, ça vaut de l'argent, c'est pour ça que tous les formulaires d'inscription sur internet sont censés être munis d'une case interdisant de monnayer les informations de ce type), j'aime savoir à quoi ça ressemble. Avec Fesse-de-Bouc, impossible. Chacune des demandes de ce type, depuis des mois et des mois, se voyait gratifiée d'un clic sur le bouton "indésirable" de mon logiciel de messagerie.

Le fait est, je ne comprends pas vraiment tous ces trucs, ces "réseaux sociaux". Je dois déjà être trop vieux. Mais ceux que j'avais eu l'occasion de regarder m'avaient parus moches et mal foutus. Et ceux que j'avais testés, j'ai paumé les identifiants en changeant d'ordi, et franchement, ça ne m'a pas empêché de dormir. Quelqu'un que je connais m'avait confié "Fesse-de-Bouc, faut avoir essayé pour comprendre tout l'intérêt du truc". Ouais. Admettons. J'ai pas le temps.

Et puis c'est dangereux, ces machins. J'étais en bisbille professionnelle avec un type, j'ai voulu savoir à qui j'avais affaire, j'ai déniché sa page sur un service qu'on appellera Lyne-qu'est-Dingue, par commodité, et j'avais découvert que le type qui me cassait les pieds sur une traduction écrivait "Writer" avec 2 "T". Pour le coup, après, je savais à quoi m'en tenir à son sujet. Alors qu'en général, bonne pâte comme je suis, j'ai tendance à longuement accorder le bénéfice du doute même aux plus abrutis de mes congénères et à éviter de leur voler dans les plumes. Là, je n'ai plus eu aucun scrupule à être méthodiquement désagréable. Ce que j'ai d'ailleurs trouvé très reposant. Mais c'est un autre problème.

Mais bon, ces machins, je sais que c'est pas pour moi. Alors je me contente généralement de hausser les épaules quand on m'en parle. Et ça aurait pu en rester là.

Et puis, ce soir, j'ai reçu un mail m'indiquant qu'un ami avait "un secret à partager". Et qui invitait à cliquer sur une nouvelle fonctionnalité Fesse-de-Bouc. Et, bien entendu, pour savoir quel est le secret (et même quel est l'ami qui le partage), il faut s'inscrire.

Je croyais que Fesse-de-Bouc était une entreprise prospère, un modèle de succès dans la net-économie. Je vois que la boite en est réduite à agiter des "secrets" pour essayer de racoler de nouveaux inscrits. La réaction fut comme d'hab un clic sur le bouton "indésirable".

En plus, mes amis, les vrais, savent le peu de cas que je fais de Fesse-de-Bouc. Ça me rappelle cet échange que j'avais eu avec un démarcheur téléphonique d'un opérateur qu'on appellera Bouillie-Gaie Télécom, et qui comprenant enfin à quel point je me servais peu des téléphones portables, m'avait lancé "mais, mais... Vous n'avez pas d'amis ?". Ce à quoi je lui avais répondu "si, mais ils utilisent des moyens de communication civilisés."

samedi 20 mars 2010

Mfrpf

Hein ? Déjà samedi ?

**consulte son planning**

Woh putain...

La semaine aura été chargée, et j'ai pas encore tout fini ce que j'avais à faire. C'est du propre, tiens.

En vrac, les travaux à la maison (normalement, on en voit le bout).

Des traductions (rendu du Darkness, le Arkham Asylum de McKean, du Star Wars période Marvel, et j'ai du The Boys et du Spawn à boucler, là, avant d'enchaîner sur du Wildcats).

Du scénar (on est en train de boucler le tome 2 de Crusades, et ça charcle bien).

Et le bouquin sur les Mythes que je suis en train d'essayer de boucler dans les temps (le chapitre sur les réécritures successives de personnages comme Superman et Iron Man n'est pas facile, croyez-moi).

Et...

Et...

Et je vais me resservir un café, là.

Ou deux.

mardi 16 mars 2010

Tiens, ça faisait longtemps...

Que je n'avais pas mis en ligne un nouvel extrait du tome 2 de Crusades (La Porte d'Hermès, par Izu, Nikolavitch et Zhang Xiaoyu, mais ça vous le saviez probablement déjà).

Photobucket


Voilà, c'est chose faite !

dimanche 14 mars 2010

Dans la fente

Bon, j'ai été faire mon devoir de citoyen en allant mettre ma petite enveloppe dans la grande boite. On verra bien ce que ça donne, tout ce bazar, après une campagne aussi indigente sur le fond que crapoteuse dans la forme.

Espérons tout au plus que ça rabattra certains caquets, mais même ça, ce n'est pas sûr.

Ce qui est amusant, c'est que tout remaniement gouvernemental a été exclu par avance. Ce qui pose un intéressant problème : si aucun des ministres présents sur les listes régionales n'est élu, il serait quand même dommage de ne pas prendre acte de ce désavoeu démocratique. Et s'ils sont élus, il va bien falloir qu'ils choisissent entre leur portefeuille ministériel et leur mandat électif tout neuf. S'ils choisissent le portefeuille, ça fera de leur campagne un mensonge. S'ils choisissent le mandat, ça fera des dénégations préalable un mensonge.

Bon, j'imagine bien qu'on nous sortira de pataudes justifications ad-hoc quand le cas se présentera.

Mais c'est risible quand même.

samedi 13 mars 2010

En attendant...

C'est pas pour dire, mais tout ceci manque terriblement de tortues mangeuses d'hommes.


Photobucket


Et je rappelle que je suis toute la journée en dédicace au Leclerc d'Osny, sauf aux heures des repas, bien sûr.

vendredi 12 mars 2010

Le Star Wars Russe

Et si Alex Raymond s'était appelé Alexander Remoff et avait créé Flatch Gordov avant de finir au goulag, inspirant par la suite un cinéaste nommé Georg Lukaks cherchant à adapter Flatch Gordov mais devant biaiser parce que l'oeuvre avait été mise à l'index ?

Ça aurait pu donner un film de SF curieux, où de preux partisans cosmiques combattaient les impérialistes du malfaisant Darkvadov et de Grandmov Tarkitch.

Seul bémol, ça aurait manqué de Çuneyt Arkin.

Photobucket

jeudi 11 mars 2010

Petite cuisine

Le saviez-vous ?

Dans mes traductions, quand en Anglais il y a "kids", je traduis généralement par "gosses".

Mais c'est juste pour emmerder les Canadiens.

Chasse au gaspi


C'est dingue la quantité de messages dont on est bombardés sans arrêt, genre 5 fruits et légumes par jour, les affiches pour expliquer que le tabac c'est caca, pour expliquer comment se laver les mains dans des lieux publics pour cause de grippe (personne ne les a encore détachées), et caetera, et caetera, et tout le quanti.

En plus, c'est que ça coûte du pognon, ces conneries. Et le nôtre, en plus. Mais si les gens continuent à en faire, c'est que ça doit servir à quelque chose (en plus de remplir les caisses de ces agences de comm' à créatifs au nez blanchâtre). Tenez, quand on voit une affiche aussi bien que celle que je reproduis ci-dessus, on se dit que depuis le temps, il ne doit plus y avoir un alcoolique dans toute la Russie.

mercredi 10 mars 2010

Priviouve



Hop, un petit extrait de Fly me to the Moon, par Nikolavich et Botta, à sortir pour très bientôt.

Et je rappelle que les gens de la région d'Osny pourront me trouver ce samedi, le 13, en dédicace au Leclerc de la ville, dans le cadre du festival BD qu'ils organisent.

lundi 8 mars 2010

L'Escouade des pas encore morts

J'ai reçu un mail de lecteur s'inquiétant de la non parution du tome 2 de l'Escouade des Ombres.

C'est l'occasion d'un petit point d'étape, là.

Cette suite est terminée depuis longtemps, mais les turbulences majeures ayant affecté l'éditeur (et, n'ayons pas peur de le dire, un niveau de ventes décevant) ont conduit à en repousser la sortie. Mais la série n'a pas dit son dernier mot. Ce serait en effet dommage de laisser dormir ces planches terminées depuis belle lurette.

Certaines séries de la collection Shogun ont connu une ressortie dans une collection en plus grand format et en couleurs. C'est ce vers quoi on s'acheminera pour l'Escouade des Ombres (peut-être, d'ailleurs, sous un nouveau titre). Ça n'interviendra pas, néanmoins, avant le deuxième semestre de cette année. Je vous tiens au courant d'ici là, promis.

samedi 6 mars 2010

Dédicaces et apparitions publiques

Tiens, je profite que vous êtes là pour vous signaler que je serai en dédicace samedi prochain toute la journée, le 13 Mars, au Leclerc d'Osny, en région parisienne, avec d'autres auteurs. Ils organisent un mini festival très sympathique, si vous êtes dans le coin, ça vaut le coup de passer.

Et sinon Samedi 10 Avril à la Fnac des Halles, à 17 heures, j'anime un genre de Master Class avec Izu, pour parler de Crusades. Si vous avez envie d'entendre mes vaticinations en live, c'est le moment.

vendredi 5 mars 2010

Après tout, autant se recentrer sur ce qu'on sait faire

Figurez-vous qu'aujourd'hui, j'avais envie de rendre hommage à Mac Raboy, dessinateur un peu oublié de nos jours qui avait pourtant contribué à bâtir la légende des éditions Fawcett. Ça nous changera de toutes ces villennies que nous assène l'actualité, parce que c'est vrai, quoi. Vous devez en avoir marre de m'entendre parler de gardes à vue, de vidéosurveillance (pardon, vidéoprotection), et autres lois Lopsi, Hadopi et Pulpipi et surtout d'Eric Besson.

Parlons donc plutôt de BD.




Caramba, encore raté. Quoi qu'on fasse, on y revient…

jeudi 4 mars 2010

à trois millimètres près

Alors voilà, profitant d'un passage chez Casto pour prendre du matos électrique dont j'avais besoin pour mes travaux, j'ai pris au passage une petite étagère à bouquins qui coutait trois fois rien et dont les dimensions tombaient pile-poil pour un angle mort de mon bureau.

En rentrant, je voyais déjà comment j'allais ranger la pile de trade-paperbacks menaçant de s'écrouler derrière ma chaise de travail. Il y avait de quoi mettre au moins ça, plus une pile de gros romans et quelques poches. Nickel. Exactement ce qu'il me fallait (et en complétant les TPBs avec quelques autres pris dans une autre étagère, je faisais la place pour mettre des bouquins que j'ai traduits et dont j'avais récemment récupéré des exemplaires sans savoir exactement où les ranger).

Sauf qu'une fois l'étagère en place, consternation : il s'en faut de 3 millimètres pour pouvoir glisser un TPB dedans. Tous ces jolis albums souples au format américain, là, que je me faisais un plaisir de mettre dans cette étagère toute neuve. Adieu veaux, vaches, cochons et TPBs.

Je suis en train d'à-moitié reclasser ma bibliothèque, du coup. Une rangée de gros bouquins sur l'archéologie, une autre sur les barbouzeries, une de fumisteries diverses à base de templiers et autres calendriers mayas (le genre de machins qui servent bien pour Crusades, ça, faut que je les garde à portée de la main).

Et toujours cette pile instable de TPBs.

Ce sera pour une prochaine fois.

mardi 2 mars 2010

Mangé aux mythes


Bon, je sue sang et eau pour finir dans les délais la rédaction de Mythe et Super-Héros, mon ouvrage à paraître chez les Moutons Electriques. Et puis je me suis avisé qu'il faudrait que je commence à réunir l'iconographie, aussi.

Depuis ce matin, je scanne, je cherche, j'épluche. Et j'adore. Mais c'est du boulot, la vache, j'aurais pas cru à ce point.