mercredi 10 février 2010

Little Brother is Watching You

Ça a l'air bien, cette loi Lopsi qu'ils nous préparent. Très sécurisant... Pour les petits vieux qui ne se servent pas d'Internet, ou juste pour prendre leurs billets de train et commander du gâteau de riz chez l'épicier qui livre directement. Pour le reste, on durcit les peines pour des trucs déjà condamnés (genre les agressions de petits vieux, mais le problème n'est même pas d'envoyer le coupable en prison, la plupart du temps c'est d'attraper le coupable, et c'est pas avec des mouchards sur les PC qu'on attrape les voleurs de sac à main, en général) et on tente une belle escroquerie intellectuelle en faisant passer la vidéo-surveillance pour de la "vidéo-protection".

Ça, c'est beau. Parce que je ne vois pas de quoi une caméra me protège. Le type qui veut m'agresser, il m'agressera quand même. Au pire, il cherchera l'angle mort avant. Mais s'il veut attaquer, il attaquera. Le seul truc que permettra la caméra, dans le meilleur des cas, c'est de savoir a posteriori quelle tête avait le mec. à condition que quelqu'un se donne la peine de revoir les bandes. Parce que voilà, c'est bien joli, mais tout ça repose sur l'enregistrement systématique de tout, ce qui noie d'office le signifiant dans plein de banalité. Les génies qui tentent d'imposer la "vidéo-protection" n'ont visiblement jamais entendu parler de théorie de l'information ni de rapport signal-bruit. C'est la faille de toutes ces conneries : dès lors qu'on veut fliquer tout le monde, alors il faut que tout le monde soit flic. Et si tout le monde est flic (et bon, les récents appels à la délation donnent à penser que c'est l'objectif), alors il faut des flics pour fliquer les flics. Et ainsi de suite. Et les flics, c'est un peu comme les Auvergnats, si vous voyez ce que je veux dire.

On est dans une usine à gaz ingérable qu'on tente de nous vendre comme un moyen de protéger les gens (justement, il serait temps qu'on protège nos enfants des descentes de police et des gardes à vue), mais en privatisant tout le bazar, de manière à en faire supporter le coût à la collectivité sans lui laisser de droit de regard dessus. Un beau fromage pour les sociétés qui vendent ce genre de services.

Va sérieusement falloir songer à les virer, le petit psychopathe et sa bande d'escrocs. Il y a des élections bientôt. Vous savez ce qui vous reste à faire, les mecs.

Aucun commentaire: