lundi 18 janvier 2010

Making Of : Crusades

Tiens, en triant mes notes sur Crusades, je suis retombé sur la version 1 de l'entrevue avec le Pape.

Vu que c'est une des scènes qui a été le plus réécrite (4 fois avant envoi au dessinateur et au moins 2 fois après qu'il ait rendu les planches) je me disais que ça pourrait vous amuser d'en voir les trois premières pages, correspondant aux deux premières de la scène publiée (pages 42 et 43 de l'album, une des pages, s'intercalant entre ces deux-là, a fini par être supprimée au moment de l'ultime réécriture, le making of en fin de volume s'en faisait témoin).

Page 24 (la pagination, ici, fait référence à la position dans le chapitre, non dans le livre)
1-            Vue générale. Lyon, sur les bords du Rhône. Vue du palais épiscopal, celui du Primât des Gaules.
Texte :                        Lyon, quelques mois plus tard…
Bulle :                        Laissez-nous, je vous prie.
2-            Vue de la salle d'audience. Sur le trône, le Pape Innocent IV, entouré de cardinaux. Devant, à genoux, Guillaume de Sonnac, en uniforme de Templier. Derrière le trône, des colonnes et des rideaux.
Cardinal 1 :            Bien, votre Sainteté.
3-            Les cardinaux se retirent.
4-            Gros plan sur le Pape.
Pape :                        Prenez donc un siège, frère Guillaume.
5-            Sonnac prend une petite chaise curule et s'assoit au pied du trône.
Sonnac :            Merci, votre Sainteté.
Pape :                        Ainsi donc, vous êtes de retour d'Egypte…
6-            Le Pape se penche en avant, pour montrer son intérêt à Sonnac.
Pape :                        Vous y avez poursuivi l'enquête dont je vous chargeai il y a quelques temps de cela.
Sonnac :            C'est exact, votre Sainteté. Notre ennemi y est sorti de l'ombre.


Page 25
1-            Gros plan sur Sonnac.
Sonnac :            Les Assassins détiennent la Peste de Damiette et tentent d'en maîtriser le pouvoir.
2-            Gros plan sur le Pape, pensif.
Pape :                        Certes… Ce n'est pas forcément une surprise, hélas. S'ils réussissaient, notre position en Orient serait hautement compromise.
Sonnac :            Je le pense aussi, votre Sainteté.
3-            Le Pape se caresse le menton.
Pape :                        Vous n'êtes pas sans savoir, frère Guillaume, que notre position ici est tout aussi inconfortable.
4-            Sonnac hausse le sourcil.
Sonnac :            Vous n'avez pas réussi à vous entendre avec l'Empereur, ai-je cru comprendre… Cela ne me surprend point… En accédant au trône de Saint Pierre, vous avez des obligations envers la politique de vos aînés…
5-            Le Pape a un sourire assez dur.
Pape :                        C'est d'ailleurs la raison de mon exil ici. Il va falloir reprendre la main.
6-            Sonnac fait la moue.            Le Pape frappe du poing sur l'accoudoir de son trône.
Sonnac :            Oui, cela se peut concevoir. L'empereur a bien avancé ses pions en Italie…
Pape :                        L'empereur Frédéric ne démord pas de ses prétentions ! Nous devons frapper ! Et vite ! Et fort !

Page 26
1-            Le visage de Sonnac se fait dur.
Sonnac :            Je sais que vous préparez un Concile pour le déchoir de son titre… J'ignore si ce sera plus efficace que les excommunications déjà prononcées…
2-            Le Pape a un sourire mauvais.
Pape :                        Pas forcément. Mais il faut le symbole. Puis nous passerons à la seconde partie… Et là, nous faisons d'une pierre deux coups…
3-            Sonnac acquiesce.
Sonnac :            La croisade.
4-            Le Pape sourit.
Pape :                         Précisément. La croisade. Et elle doit faire pièce à celle que mena l'empereur pour son propre compte, il y a quinze ans… Quelle humiliation pour Rome… Un excommunié qui prenait Jérusalem…
5-            Sonnac sourit.
Sonnac :            Et cette Croisade nous permet du même coup de nous emparer du secret de la Peste, une arme qui mettra tous nos ennemis à genoux…
Pape :                        Pas exactement, Frère Guillaume.
6-            Le Pape lève la main, professoral. Sonnac le regarde, inquiet.
Pape :                        Cette croisade que nous préparons ne doit pas échouer comme celle qui s'arrêta si piteusement à Damiette il y a trente ans. Vous retournerez donc sur place pour anéantir nos adversaires.
Sonnac :            Mais… Ce n'est pas ce qui était convenu !
7-            Le Pape fait la moue.
Pape :                        Ce qui était convenu avec mon prédécesseur. Et nous avons réévalué la situation.

Vous noterez la sécheresse des indications scéniques. C'est vraiment un premier jet destiné à mettre en place le rythme de la scène, le descriptif et les éléments de documentation sont venus plus tard (souvent sous forme de photos et de gravures envoyées au dessinateur : il ne lit pas le Français, il a fallu viser l'efficacité dans les transmissions. Vous noterez que la scène est beaucoup plus dure dès le départ dans la version publiée, plus conflictuelle, avec certains renversements par rapport à cette version 1.0.

3 commentaires:

Odrade a dit…

C'est quoi une chaise curule ?


O.

Nikolavitch a dit…

un genre de chaise pliante courante sous l'empire romain (le modèle curule était réservé à, si je me souviens bien, certains tribuns) dont le modèle s'est perpétué sous tout le moyen âge.

Odrade a dit…

Oh bon.
Je...
Ah je ne sais pas pourquoi, je suis un peu déçue.
C'est pas à la hauteur du mot.


O.